Accord interprofessionnel : grève nationale pour décence salariale

Quatre millions de salarié-es belges sont concerné-es par les négociations salariales en cours. Le patronat plafonne la marge de négociation à 0,4% d’augmentation, un montant ridicule au regard de nos besoins et de la richesse que nous créons chaque jour. Cette marge est contraignante et limite donc l’augmentation salariale dans tous les secteurs du privé, sous peine d’amendes.

Continuer la lecture de « Accord interprofessionnel : grève nationale pour décence salariale »

“Fortes et fières, en grève contre leur crise”: la grève féministe était partout en Belgique ce #8maars

Grand succès pour la 3ème grève féministe en Belgique ! Plusieurs milliers de personnes se sont mobilisées à travers le pays pour cette journée internationale de grève féministe en tenant des piquets de grève et des actions syndicales, des rassemblements, des cyclo-parades et des interventions en tous genres.

Pour la troisième année consécutive, le Collecti.e.f 8 maars a lancé un appel à la grève des femmes* en Belgique. La FGTB, la CSC ainsi que de nombreux autres collectifs et associations ont suivi l’appel. De la même manière que les années précédentes, la grève s’est étendue à quatre types de travail : la grève du travail rémunéré, la grève du soin aux autres, la grève de la consommation et la grève étudiante.

En cette période particulière, la grève a permis à des milliers de femmes* de se retrouver et de porter collectivement un constat : cette crise a aggravé les inégalités et les violences faites aux femmes. Elle a également mis en lumière le travail essentiel des femmes en première ligne face au COVID, occupant des métiers pourtant encore dévalorisés et sous-payés.

Les rassemblements de l’après-midi ont réuni une centaine de personnes à Tournai, à Namur, à Mons, à Louvain-la-Neuve, à Leuven et à Hasselt. À Charleroi, plus de 300 personnes se sont rassemblées, tandis qu’elles étaient près de 400 à Gand, 500 à Anvers et plus de 1500 à Bruxelles. Beaucoup ont saisi cette occasion pour revendiquer un renforcement de la sécurité sociale, un droit effectif à l’avortement ainsi qu’une meilleure prise en compte des violences machistes et une revalorisation du secteur des soins.

Partout dans le pays ont aussi eu lieu des collages, des performances, des chorales, des cyclo-parades… Des actions et piquets de grève ont été tenus tout au long de la journée, notamment avec les syndicats, Cette journée a été l’occasion pour des femmes* de nombreux secteurs de se mettre en grève : avocates, professionnelles de la santé, travailleuses de la petite et grande distribution, travailleuses du secteur associatif et du secteur socio-culturel, ainsi que des plannings familiaux, mais aussi les étudiantes et travailleuses de l’ULB, de même que les mamans solos ou encore les travailleuses de la Stib.

Rappelons que la grève s’inscrit dans un mouvement international qui a ce 8 mars aujourd’hui des centaines de milliers de femmes* à travers le monde.

*femmes et minorités de genre

Voici un aperçu en images de cette journée de lutte. Plus de photos et vidéos sur les médias des groupes locaux et dans ce dossier partagé.

La grève se prépare

Moins d’une semaine nous sépare de la 3ème grève des femmes* en Belgique, vous êtes prêtes ? Partout dans le pays les groupes 8 maars locaux et autres collectifs s’organisent pour que cette journée de grève soit l’occasion de luttes, de rencontres, de réflexion et de joie. Voici un aperçu des actions à venir, suivi de quelques tuyaux pour bien s’apprêter.

Continuer la lecture de « La grève se prépare »

Fortes et fières, en grève contre leur crise le 8 mars 2021

Ce 8 mars 2021, le Collecti.e.f 8 maars appelle à une nouvelle grève féministe en Belgique.

La crise sanitaire, économique, sociale et démocratique dans laquelle nous sommes plongé.es exacerbe les inégalités de genre, de classe et de race intrinsèques à notre société. Les périodes de confinement ont démontré l’importance capitale des femmes* dans l’économie réelle : sans nous, le monde se serait vraiment arrêté. La santé, la grande distribution, le soin aux enfants et aux personnes âgées ou encore l’enseignement sont des secteurs portés majoritairement par les femmes* dans des conditions de travail difficiles.
Globalement, nos revenus sont toujours inférieurs à ceux des hommes, et nous continuons de prendre en charge la plupart du travail domestique sans aucune considération. Les violences machistes et les féminicides sont omniprésents. La crise économique qui s’annonce, ainsi que son pendant de mesures réactionnaires, risquent d’aggraver cette situation si nous ne changeons pas radicalement le cours des choses. En shift de nuit ou en télétravail, à l’école ou en chômage temporaire, nous devons respirer, relever la tête, pouvoir dire “ensemble, on s’arrête”. Nous devons nous retrouver et nous organiser, en prenant soin les unes des autres.

Le 8 mars 2021 sera un jour de grève pour les femmes* en Belgique. Nous appelons à faire grève féministe par tous les moyens à disposition : travail salarié, travail domestique, consommation, soin aux autres ; arrêt de travail partiel ou total, signes de solidarité, grève du zèle, freinage, sabotage… Des groupes 8 maars locaux préparent déjà des actions à Anvers, Bruxelles, Hasselt, Courtrai, Louvain, Mons, Charleroi, Gand, Liège, Namur et Tournai pour rassembler et soutenir les grévistes. Toute personne souhaitant participer à l’organisation de la grève peut les rejoindre.

L’appel à la grève féministe est soutenu par la CSC et la FGTB. N’hésitez pas à contacter votre organisation syndicale pour les modalités pratiques de votre couverture et pour en savoir plus sur les actions qui s’organisent. 

Le Collecti.e.f 8 maars est indépendant des partis politiques et des syndicats. Le Collecti.e.f 8 maars s’organise  sans hommes cisgenre (cisgenre désignant toute personne qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance) et a pour objectif commun d’organiser la grève des femmes* le 8 mars 2021 en Belgique.

* femmes et minorités de genre

Après la grève un confinement, en confinement la grève? Retour sur les derniers mois des groupes 8 maars

Au lendemain de la 2ème grève féministe belge des 8 et 9 mars 2020, le confinement d’une partie de la population nationale a été décidé par les autorités pour tenter d’endiguer la pandémie COVID 19. S’est ainsi ouverte une période de crise sanitaire, politique et sociale d’ampleur, qui a mis plus d’un.e d’entre nous dans la peur, la misère, la colère… Les groupes locaux du Collecti.e.f ont vécu ce début de crise différemment les uns des autres, et nous relayons ici ce qu’il en est sorti de propositions politiques, messages de soutien, actions symboliques et de solidarité. Toute l’étendue de cette crise et de ses conséquences économiques, politiques, sociales, sanitaires, psychologiques… reste encore à découvrir, à nous de visibiliser la détresse des nôtres et de lutter contre le système qui la provoque.

Les violences conjugales, l’autre pandémie

Un des premiers constats, des plus alarmants, et ce dès les premières semaines de confinements en Belgique comme ailleurs avant : les violences conjugales et familiales augmentent. De nombreuses lignes d’appel, centres d’hébergements d’urgence et codes de détresse ont été mis en place, mais souvent trop peu et bien tard.

“Être confinée ne signifie pas qu’on ne peut pas fuir. Vous n’êtes pas seules.”

8 Maars Mons, 27 mars 2020

Dès la mi-mars les groupes locaux commencent à relayer les aides d’urgence, à Bruxelles, Tournai, Hasselt (8 maars Limburg), Gand, Mons, Anvers… Le 8 maars Antwerpen signe une lettre ouverte pointant l’urgence de la situation et rejoint la campagne en ligne “#BloomForChange – Maak een PUNT. van seksueel geweld” d’une asbl locale de prévention des violences sexuelles.

Le travail reproductif: une 1ère ligne plus visible que jamais

L’ensemble des travaux nécessaires à la reproduction sociale (nourrir, laver, allaiter, lessiver, soigner, éduquer…) et plus particulièrement le soin aux autres (care), qu’ils soient effectués dans ou en-dehors du foyer, qu’ils soient mal payés ou pas payés du tout, ont sans doute secondé le virus en termes de visibilité durant le 1er confinement.

Continuer la lecture de « Après la grève un confinement, en confinement la grève? Retour sur les derniers mois des groupes 8 maars »

Violences faites aux femmes* : rassemblements et actions

Ce dimanche, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes*, le Collecti.e.f 8 maars s’est mobilisé partout en Belgique pour rappeler les noms de nos sœurs assassinées, rappeler que le machisme tue tous les jours et rappeler que l’État a notre sang sur les mains.

Les violences sexistes – qu’elles soient psychologiques, physiques, sexuelles… – sont autant d’armes pour nous maintenir dominé·e·s dans un système capitaliste, patriarcal et raciste. Tant que nous aurons raison de craindre pour notre santé et pour nos vies pour le simple fait d’être femmes*, lesbiennes, travailleuses précaires, sans-papiers, noires, voilées, putes… Nous serons en lutte : blocages, grèves, marches, femmages, chants, sabotages, danses, collages – féministes tant qu’il le faudra !

À Anvers, Bruxelles, Gand, Namur, Mons et Hasselt les groupes 8 maars locaux ont porté toutes sortes d’actions.

Continuer la lecture de « Violences faites aux femmes* : rassemblements et actions »

“On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout !” – Grève des femmes* ces 8 et 9 mars

Le Collecti.e.f 8 maars, indépendant des partis et syndicats, a appelé les femmes* de Belgique pour la seconde fois cette année à rejoindre le mouvement international de grève féministe. Ces 8 et 9 mars, des millions de femmes* à travers le monde vont arrêter différentes formes de travail : le travail rémunéré, le travail ménager et de soin aux autres, les études et la formation, ou encore la consommation. Sous le slogan “On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout!”, des dizaines d’arrêts de travail, d’actions symboliques et de manifestations sont organisées en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles.

L’engouement de l’année dernière autour de la journée du 8 mars (journée internationale de lutte pour les droits des femmes*) s’est encore accentué cette année. De nouveaux groupes de mobilisation pour la grève des femmes* se sont lancés à travers le pays, où un collectif 8 maars local existe désormais dans la plupart des grandes villes : Hasselt, Louvain, Bruxelles, Tournai, Liège, Gand, Anvers, Louvain-la-Neuve et Namur. Le nombre de participantes à la grève reste difficile à estimer, notamment pour ce qui est de l’arrêt de la consommation et du travail domestique. Nous appelons à sortir gants de vaisselle et tabliers aux balcons et aux fenêtres en signe de participation ou de soutien.

De nombreux appels à la grève ont émergé pour ce lundi 9 mars : hôpitaux, universités, barreau, écoles d’art, horeca, nettoyage, secteur associatif… Des sage-femmes aux serveuses, en passant par les avocates et les travailleuses domestiques, des centaines de femmes* seront en grève ce lundi contre le système capitaliste, raciste et patriarcal qui nous exploite et nous opprime.

Continuer la lecture de « “On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout !” – Grève des femmes* ces 8 et 9 mars »

Comment les hommes* peuvent soutenir la grève des femmes* ?

Les luttes menées par des millions de femmes* dans le monde contre les inégalités, contre le racisme, contre les injustices sociales et climatiques, contre les systèmes de domination, contre les violences, contre l’exploitation des peuples, des corps et des ressources ne se limitent pas à êtres des luttes par des femmes pour des femmes*. Les hommes* sont pleinement concernés par nos combats. D’une part parce que notre lutte nécessite une remise en question radicale de leurs privilèges, d’autre part parce qu’ils bénéficieront aussi de l’accomplissement de nos revendications et de la fin du patriarcat. Tout homme* allié de la lutte féministe devrait pouvoir reconnaître et déconstruire ses privilèges masculins.

Pour des raisons évidentes, nous œuvrons prioritairement à la visibilisation de l’appel à la grève auprès des femmes*, mais les hommes* sont bien entendu appelés à soutenir la grève des 8 et 9 mars 2020 de la manière qu’ils considèrent la meilleure : en assurant le service minimum pendant que les collègues femmes font grève, en s’occupant de terminer certaines de leurs tâches, en se mettant en grève avec elles, en rejoignant les piquets et les différentes actions ayant lieu, mais aussi en faisant à manger, en s’occupant des enfants, etc.

Garderies

Dans différentes villes sont prévues des garderies gérées par des hommes* alliés afin de permettre aux femmes* de participer aux actions (plus d’infos ici. Le formulaire pour celles qui voudraient confier leurs enfants à une des garderies à Bruxelles.

Nous encourageons les hommes alliés à mettre en place des garderies autogérées là où ce n’est déjà fait. Comment ?

Continuer la lecture de « Comment les hommes* peuvent soutenir la grève des femmes* ? »

Actions et appels se multiplient à quatre jours de la grève

Les actions de désobéissance fleurissent dans les rues à l’approche de la grève féministe, et les appels à tout arrêter les 8 et 9 mars fusent de partout.

A Gand et à Bruxelles, les collecti.e.f locaux ont rhabillé les statues de la ville aux couleurs de la grève. S’approprier l’espace public est essentiel pour faire entendre notre message.

Continuer la lecture de « Actions et appels se multiplient à quatre jours de la grève »