“On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout !” – Grève des femmes* ces 8 et 9 mars

Le Collecti.e.f 8 maars, indépendant des partis et syndicats, a appelé les femmes* de Belgique pour la seconde fois cette année à rejoindre le mouvement international de grève féministe. Ces 8 et 9 mars, des millions de femmes* à travers le monde vont arrêter différentes formes de travail : le travail rémunéré, le travail ménager et de soin aux autres, les études et la formation, ou encore la consommation. Sous le slogan “On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout!”, des dizaines d’arrêts de travail, d’actions symboliques et de manifestations sont organisées en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles.

L’engouement de l’année dernière autour de la journée du 8 mars (journée internationale de lutte pour les droits des femmes*) s’est encore accentué cette année. De nouveaux groupes de mobilisation pour la grève des femmes* se sont lancés à travers le pays, où un collectif 8 maars local existe désormais dans la plupart des grandes villes : Hasselt, Louvain, Bruxelles, Tournai, Liège, Gand, Anvers, Louvain-la-Neuve et Namur. Le nombre de participantes à la grève reste difficile à estimer, notamment pour ce qui est de l’arrêt de la consommation et du travail domestique. Nous appelons à sortir gants de vaisselle et tabliers aux balcons et aux fenêtres en signe de participation ou de soutien.

De nombreux appels à la grève ont émergé pour ce lundi 9 mars : hôpitaux, universités, barreau, écoles d’art, horeca, nettoyage, secteur associatif… Des sage-femmes aux serveuses, en passant par les avocates et les travailleuses domestiques, des centaines de femmes* seront en grève ce lundi contre le système capitaliste, raciste et patriarcal qui nous exploite et nous opprime.

Continuer la lecture de « “On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout !” – Grève des femmes* ces 8 et 9 mars »

8 maars @ STOP aux violences faites aux femmes !

24_11_2019

En Belgique, on enregistre chaque année 45 000 dossiers pour violences conjugales, soit 120 par jour. Dernièrement, l’ex-compagnon de Jill Himpe l’a tuée, faisant d’elle la 21ᵉ victime de féminicide dans le pays depuis janvier.

Les moyens mis en place pour lutter contre les violences conjugales sont insuffisants. Prévention, accueil, sécurité, accompagnement, reconnaissance des violences par les institutions, suivi et responsabilisation des auteurs… Tous ces aspects doivent être pris en compte. Or, les associations de terrain voient leurs subsides diminuer, ce qui ne peut qu’aggraver une situation déjà inacceptable.

“Et il ne s’agit là que de l’expression la plus extrême des différentes formes de violences que les femmes continuent à subir dans notre pays (physiques, sexuelles, économiques, psychologiques, institutionnelles, …). Plus d’un quart des femmes connaissent la terreur quotidienne imposée par leur (ex)compagnon. 98% rencontrent des agressions dans l’espace public. Sans compter le sexisme banalisé qui s’attaque aux droits de toutes les femmes.” – Mirabal

▶ Le dimanche 24 novembre a lieu une manifestation nationale à Bruxelles, pour une politique cohérente, volontariste et budgétisée contre les violences faites aux femmes* (l’appel complet).

▶ Le lendemain, 25 novembre 2019, journée internationale pour l’élimination des violence faites aux femmes*, nous montrerons collectivement notre colère dès 12h avec une minute de bruit contre l’invisibilisation des violences organisée partout où vous serez.

Le Collecti.e.f 8 maars se joint à cet appel, considérant que les violences faites aux femmes* doivent être reconnues comme un enjeu sociétal majeur, qu’il s’agisse de violences machistes, racistes, économiques, homophobes… Il y a urgence, ce système nous tue.

Pour nous rejoindre dans la manifestation, suivez les drapeaux 🏁
❗ Veuillez noter qu’un point de départ pour les personnes à mobilité réduite sera organisé à la Place Poelaert.

* Toute personne s’identifiant et/ou étant identifiée comme femme